Subvention (AFCP) pour l’art rupestre au Tchad promu conjointement à N’Djamena et à Nairobi

L’Ambassadeur James Knight et le Ministre tchadien de la Culture et du Développement Touristique à N’Djamena avec Terry Little (à gauche) et David Coulson (à droite) de TARA à Nairobi

L’Ambassadeur James Knight et le Ministre Tchadien de la Culture et du Développement Touristique ont tenu une conférence de presse conjointe le 4 août durant laquelle l’Ambassadeur a officiellement annoncé la sélection du Tchad comme l’un des gagnants du Fonds de l’Ambassadeur pour la Préservation Culturelle (AFCP) 2016. Ceci est la troisième fois que l’AFCP finance un projet au Tchad.

Deux représentants de « Trust for African Rock Art » (TARA) basés à Nairobi au Kenya, ont participé, depuis la salle de Vidéoconférence de l’Ambassade à Nairobi, grâce au personnel. En plus des reporters, des cadres du Ministre de la Culture et du Développement Touristique, deux parlementaires et le Directeur Général du Musée National ont pris part à l’évènement. Les questions posées allaient de l’impact de ce projet spécifique à la portée générale de la subventions de l’AFCP. L’Ambassadeur, la Chargée des Affaires Culturelles et de Presse, le Directeur du Patrimoine Culturel du Ministère et les deux parlementaires se sont relayés pour fournir des réponses et faire des commentaires sur l’importance de la préservation du patrimoine culturel.

Les représentants de TARA ont expliqué le processus menant à l’approbation de la subvention et la façon dont elle sera mise en œuvre ; le projet permettra de préserver l’art rupestre dans les régions montagneuses du nord, du Borkou, Ennedi et Tibesti. L’AFCP donnera 65.000 dollars pour permettre à TARA de mettre en œuvre le projet qui aura lieu en trois phases. Pour la première expédition d’enquête prévue en Novembre, TARA a invité des experts en reproduction numérique de Factum Arte qui utiliseront des techniques telles que « gigapan potogramatery » afin d’enregistrer des images fanées. Grâce à la collaboration entre le Musée National, TARA, Factum Arte, le AFCP et autres partenaires, le projet passera en revue et documentera beaucoup des sites d’art rupestre peu ou pas connu afin d’établir une base de données au Musée National de N’Djamena et promouvoir ce patrimoine par l’exposition et autres activités de sensibilisation. L’équipe de TARA formera et renforcera la capacité de l’équipe du Musée National pour assurer une étude, documentation, gestion de données et conservation de l’art rupestre tchadien plus poussé

TARA accueillera également  un représentant du Musée National du Tchad à son siège à Nairobi pour une formation en gestion de données. Plus tard, TARA aidera le musée à monter une exposition de sensibilisation à N’Djamena en utilisant les images de la base de données. L’un des sites du projet, le Massif de l’Ennedi, vient récemment d’être inscrit comme Site du Patrimoine Mondiale de l’UNESCO.