Flag

An official website of the United States government

5 Lecture rapide
July 12, 2021

Allocution du Chargé d'Affaires à l’ouverture du séminaire de formation des acteurs judiciaires

Allocution du charge d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis d’amérique

à la cérémonie d’ouverture du séminaire de formation des acteurs judiciaires sur

« la vulgarisation du nouveau code de procédure civile, commerciale et sociale » et de l’atelier sur « le terrorisme, la traite des personnes et la cybercriminalité »

Ndjamena, du 12 du 16 Juillet 2021

 (Comme préparé)

Excellence Monsieur le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Chargé des Droits Humains,

Monsieur le Directeur Général de l’Ecole Nationale de Formation Judiciaire,

Mesdames et Messieurs, les membres du Corps judiciaire,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

J’ai l’insigne privilège de me joindre à vous aujourd’hui, à l’occasion de l’ouverture de la dernière session de formation des Acteurs Judiciaires, organisée par le projet PARCAJUT de l’Ecole Nationale de Formation Judiciaire sur les innovations du Nouveau Code de Procédure Civile, Commerciale et Sociale d’une part, et sur le terrorisme, la traite des personnes et la cybercriminalité.

La présence de 100 participants, parmi lesquels des magistrats, des avocats, des huissiers de justice, des officiers de police judiciaire, ainsi que des agents de l’administration pénitentiaire, des acteurs de la société civile et des nombreux participants venus de toutes les juridictions du ressort de la Cour d’appel de N’Djamena, est une illustration de l’importance de l’engagement l’état de droit au Tchad.

Les États-Unis et le Tchad sont unis dans leur condamnation du terrorisme et leur détermination à prévenir de futurs attentats. Nous saluons les efforts du Tchad pour traduire les responsables en justice et réaffirmons notre engagement envers notre solide partenariat antiterroriste pour éviter de futures attaques.

La traite des personnes est un crime épouvantable. C’est une crise mondiale, et c’est une énorme source de souffrance humaine. Par sa nature, elle est souvent caché à la vue. Les chiffres exacts sont parfois difficiles à déterminer. L’estimation que nous citons souvent, est que près de 25 millions de personnes dans le monde sont victimes de la traite des êtres humains. Beaucoup sont contraints de se prostituer. Beaucoup sont obligés de travailler dans des usines ou des champs, ou de rejoindre des groupes armés. Des millions de victimes de la traite sont des enfants.

Ce crime est un affront aux droits de l’homme, et c’est un affront à la dignité humaine. Nous le combattons parce que c’est la bonne chose à faire. Il est également dans notre intérêt d’arrêter la traite des personnes. Nous savons que cela déstabilise les sociétés et les économies. Nous devons donc faire tout ce que nous pouvons en tant que communauté mondiale pour arrêter la traite des personnes où qu’elle se produise. Pourtant, si nous devons penser globalement, nous devons agir localement. En effet, à bien des égards, la lutte contre la traite est menée au niveau local, une communauté à la fois. Des formations comme celle-ci peuvent être des premières étapes importantes dans la lutte contre la traite, à condition que des actions concrètes s’ensuivent.

Les défis les plus urgents auxquels notre monde est confronté ne peuvent être résolus par un seul pays agissant seul. C’est vrai pour arrêter le COVID, c’est vrai pour faire face à la crise climatique, c’est vrai pour lutter contre la traite des êtres humains. Nous devons travailler ensemble, partager des informations, nous tenir mutuellement responsables. C’est ainsi que nous créerons un monde où personne ne sera exploité par la traite et où chacun pourra vivre en sécurité et dans la dignité.

Je tiens à remercier les formateurs, ainsi que les responsables de l’ENFJ et surtout le Ministère de la Justice pour avoir fourni le cadre juridique nécessaire aux activités de ce projet, qui est un premier pas sur la voie du travail acharné nécessaire d’assurer l’état de droit pour tous, indépendamment de la couleur de la peau, de la langue ou des convictions politiques.

J’espère que ces jours permettront de consolider davantage vos connaissances grâce aux outils que vous allez acquérir ici.

Les enseignements que vous en tirerez devraient vous être utiles dans votre travail au quotidien et je souhaite que vous puissiez les appliquer immédiatement dans l’exercice de vos fonctions. Ce faisant, vous contribuerez à faire de votre pays, un havre de paix pour les citoyens tchadiens.

Excellence Mr le Ministre, mesdames et messieurs,

Les États-Unis sont amis du peuple tchadien. A travers le travail acharné qui doit suivre des initiatives comme celle d’aujourd’hui, le peuple tchadien détient entre ses mains la capacité de garantir la sécurité, l’équité et la diversité du Tchad pour ses générations futures.

Je souhaite plein succès à vos travaux.

Vive la coopération entre les Etats-Unis d’Amérique et le Tchad !

Je vous remercie.