République centrafricaine : les États-Unis condamnent les violences en cours et demandent instamment que leurs auteurs soient tenus pour responsables

Déclaration du porte-parole John Kirby

République centrafricaine : les États-Unis condamnent les violences en cours et demandent instamment que leurs auteurs soient tenus pour responsables de leurs actes

Les États-Unis condamnent avec la plus grande fermeté les violences qui se poursuivent à Bangui, en République centrafricaine, et qui ont commencé le vendredi 25 septembre. Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes.

Nous prions instamment ceux qui ont commis des actes de violence ou qui envisagent de le faire de déposer leurs armes et de rentrer chez eux. Ceux qui se sont rendus coupables de violences ou qui incitent à la violence, y compris les dirigeants des milices anti-balaka ou les groupes ex-Seleka, doivent répondre de leurs actes. Nous soutenons totalement les efforts déployés par les forces centrafricaines et internationales en vue de rétablir l’ordre et de traduire les responsables en justice. L’époque durant laquelle de tels individus ont pu mener leurs actes de malveillance en toute impunité doit finir.

Nous exprimons notre total soutien à la présidente Catherine Samba-Panza et à son gouvernement de transition. Nous appuyons en outre le processus de transition en cours, y compris les efforts visant à garantir que tous les Centrafricains en âge de voter puissent le faire lors des prochaines élections, et promettons l’assistance indéfectible des États-Unis en faveur de cette transition.

Les États-Unis demeurent engagés à aider la République centrafricaine à instaurer la paix et la stabilité que méritent ses citoyens. Ce n’est qu’avec la paix et la stabilité que la création d’emplois, le développement économique et la prospérité seront finalement possibles pour les générations actuelles et futures de Centrafricains.