Extraits de l’allocution de l’ambassadrice Haley lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur la paix et la sécurité dans le Sahel

Mission des États-Unis auprès des Nations unies

Service de presse et de diplomatie publique

Le 30 octobre 2017

Extraits de l’allocution de l’ambassadrice Haley lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur la paix et la sécurité dans le Sahel

L’ambassadrice Nikki Haley, représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies, a prononcé une allocution au Conseil de sécurité des Nations unies sur la région du Sahel en Afrique, et annoncé au Conseil que les États-Unis allaient verser au Mali, au Niger, au Burkina Faso, à la Mauritanie et au Tchad (les pays du « G5 ») jusqu’à 60 millions de dollars en aide bilatérale en vue du renforcement des mesures de sécurité conjointe.

« Les États-Unis soutiennent l’initiative des pays du G5 en faveur du développement d’une force conjointe et de l’approfondissement de leur coopération, susceptible d’améliorer la sécurité et de renforcer les initiatives de la mission de maintien de la paix au Mali.

À cette fin, les États-Unis poursuivront leur soutien bilatéral de longue date aux forces de sécurité des membres du G5. Nous continuerons également à travailler en étroite collaboration avec nos partenaires pour aider la force du G5 à être efficace et bien coordonnée avec les autres mesures de lutte contre le terrorisme dans la région.

Les États‑Unis se sont engagés à stabiliser la région du Sahel. Nous sommes fiers aujourd’hui d’annoncer que nous prévoyons de fournir une aide bilatérale pouvant atteindre les 60 millions de dollars, qui sera mise au point de concert avec notre Congrès, afin d’aider à soutenir la force conjointe. »

« Nous comprenons que la force aura besoin d’un soutien continu et nous réjouissons de travailler en étroite collaboration avec nos partenaires afin que cet effort soit couronné de succès. Mais nous croyons que la force du G5 doit être, avant tout, l’œuvre des pays de la région eux‑mêmes. Nous attendons des pays du G5 qu’ils prennent en main à part entière la force dans la région dans un délai de trois à six ans, avec un engagement continu des États-Unis. C’est là, en définitive, l’approche qui sera la plus efficace pour libérer la région de la terreur qui y règne. »

###

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.