Forger de nouvelles stratégies de commerce et d’investissement entre les États-Unis et l’Afrique

Le secrétaire d’Etat adjoint John Sullivan prononce une allocution d’ouverture au Forum de l’AGOA au département d’Etat, à Washington, le 11 juillet 2018.

Cette année, le département d’État des États-Unis est fier d’organiser le 17e Forum annuel de l’AGOA (Loi sur la croissance et les possibilités en Afrique), les 11 et 12 juillet à Washington. Le thème de cette année, « Forger de nouvelles stratégies de commerce et d’investissement entre les États-Unis et l’Afrique », reflète l’engagement des États-Unis en faveur de l’encouragement de la croissance économique et du développement, ainsi que de la réduction de la pauvreté en Afrique par le biais de pratiques commerciales pérennes et mutuellement bénéfiques pour nos relations commerciales.

Le Forum de l’AGOA, du nom de la loi promulguée en 2002, rassemble les représentants officiels des États, de la société civile et du secteur privé d’Afrique et des États-Unis pour qu’ils abordent des questions d’actualité relatives aux relations commerciales et de l’investissement et les possibilités de travail à venir. Essentiellement, l’AGOA cherche à accroître les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l’Afrique subsaharienne, à encourager un dialogue de haut niveau sur les questions relatives aux échanges et à l’investissement, à encourager l’intégration économique et à faciliter l’intégration de l’Afrique subsaharienne dans l’économie mondiale. Plus particulièrement, l’AGOA offre des préférences commerciales généreuses aux pays d’Afrique subsaharienne qui réalisent des progrès dans l’application de réformes économiques, juridiques, relatives au travail et aux droits de l’homme.

Aujourd’hui, non seulement l’AGOA jouit d’un large soutien des deux partis au Congrès, mais elle reste également essentielle à nos efforts en faveur de l’édification de la nouvelle génération de marchés émergents tels que ceux des pays d’Afrique subsaharienne. En effet, les données montrent que les accords commerciaux mis en place au titre de l’AGOA se sont avérés être de grandes réussites. Au cours de l’année dernière à elle seule, la totalité des échanges commerciaux entre les États-Unis et l’Afrique a augmenté pour passer de 33 milliards de dollars en 2016 à 38,5 milliards de dollars, ce qui représente une augmentation d’environ 5 USD par personne sur le continent. Depuis la création du Forum, les échanges non pétroliers au titre de l’AGOA ont augmenté de plus de 200 % pour atteindre 4,3 milliards de dollars en 2017 contre 1,4 milliard de dollars en 2001. La croissance de ces secteurs non pétroliers a déclenché, selon les estimations, la création directe de 300 000 emplois dans les pays bénéficiaires.

Alors que nous nous tournons vers l’avenir, les États-Unis restent loyaux envers leurs partenaires africains pour faire avancer davantage les relations commerciales entre les États-Unis et l’Afrique subsaharienne et les élargir. Nous sommes convaincus que l’Afrique représente le principal marché en émergence de l’avenir. Entre aujourd’hui et 2050, près de la moitié de la croissance démographique mondiale aura lieu en Afrique alors que 1,2 milliard de nouveaux consommateurs s’ajouteront au marché africain. Par le biais de l’AGOA, les États-Unis continueront à faire preuve de leur engagement en faveur de l’expansion des échanges et de l’investissement dans la région pour assurer sa réussite à l’avenir.

###

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.