La Journée internationale de la liberté de religion suscite une discussion animée par des représentants de la société civile tchadienne

Les participants au symposium sur la liberté de réligion (Photo U.S. Embassy)

Nous avons accueilli des arabophones, notamment des juges, des professeurs, des étudiants universitaires, des représentants d’organisations islamiques et des journalistes à l’ambassade des États-Unis à N’Djamena pour discuter de la liberté de religion, tant au Tchad qu’aux États-Unis. En plus de la Chargée d’Affaires Jessica Davis Ba, la présentation a été animée par deux anciens participants du programme IVLP – Dr.Maria Issakha Adoum, qui a participé au programme en 2012 sur la Compréhension Mutuelle: Islam aux États-Unis, et Monsieur Hamad Abdaraman Mahamat, qui a  participé au programme 2017 intitulé Dialogue Interconfessionnel. La chargée d’Affaires Davis Ba a expliqué aux personnes rassemblées que depuis leur fondation, les États-Unis ont fourni un refuge à ceux qui fuyaient la persécution religieuse. Elle a souligné l’engagement de l’Amérique à protéger la liberté et la diversité religieuses, en exhortant les gouvernements du monde entier à adopter des protections juridiques solides pour les minorités religieuses et toutes les pratiques religieuses. L’un des participants a relevé que «si la liberté de religion telle qu’elle est pratiquée aux États-Unis se pratiquait partout dans le monde, alors nous ne verrions peut-être pas l’extrémisme religieux et la violence qui se produisent aujourd’hui ».