L’ambassadrice Nikki Haley intervient lors du débat du Conseil de sécurité de l’ONU sur la traite des êtres humains

MISSION DES ÉTATS-UNIS AUPRÈS DES NATIONS UNIES

Bureau de presse et de la diplomatie publique

L’ambassadrice Nikki Haley intervient lors du débat du Conseil de sécurité de l’ONU sur la traite des êtres humains

L’ambassadrice Nikki Haley, représentante permanente des États-Unis auprès de l’Organisation des Nations unies, est intervenue lors d’un débat public du Conseil de sécurité de l’ONU sur le thème « Traite d’êtres humains dans les situations de conflit : travail forcé, esclavage et autres pratiques similaires ». Elle a souligné l’importance d’une approche collaborative pour mettre fin à la traite des êtres humains, et les initiatives américaines visant à réduire la prévalence de l’esclavage moderne.

« Nous devons faire mieux. La lutte contre l’esclavage moderne et le travail forcé est un élément essentiel de la politique étrangère. Elle témoigne de notre attachement indéfectible aux droits de l’homme et au droit de tous, d’où qu’ils viennent, à « la vie, la liberté et la recherche du bonheur ». C’est pour cette raison que, chaque année, le département d’État produit un rapport spécial sur la traite des êtres humains, parallèlement au rapport annuel sur les droits de l’homme, qui vient d’ailleurs d’être publié. Ces deux rapports témoignent de notre engagement sans cesse renouvelé en faveur du progrès de la dignité humaine …

« Dans les semaines à venir, le département d’État lancera un appel à concurrence ouvert en vue du financement de projets de transformation visant à réduire la prévalence de l’esclavage moderne, dans le cadre d’une nouvelle initiative appelée « Program to End Modern Slavery » (Mettre fin à l’esclavage moderne). La loi correspondante a récemment été promulguée en grande partie grâce aux efforts inlassables du sénateur des Etats-Unis Bob Corker. Cette initiative a pour objectif de recueillir 1,5 milliard de dollars pour aider les pays à briser les réseaux de traite et à soutenir les survivants. Le financement proviendra en partie du gouvernement des États-Unis, mais contrairement à la plupart des programmes d’aide, l’initiative entend recueillir la plus grande partie de ses fonds auprès de partenaires des gouvernements étrangers et du secteur privé. Ceci est important, car la fin de l’esclavage moderne doit être un effort collectif. »