L’ambassadrice Nikki Haley préside un débat thématique historique du Conseil de sécurité de l’ONU sur les droits de l’homme

MISSION DES ÉTATS-UNIS AUPRÈS DE L’OFFICE DES NATIONS UNIES

Bureau de la presse et des relations publiques

Le 18 avril 2017

En tant que présidente du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies, l’ambassadrice Nikki Haley, représentante permanente des Nations unies, a présidé un débat thématique sur les droits de l’homme. Le débat a permis au Conseil de sécurité de tenir pour la première fois une réunion consacrée exclusivement aux droits de l’homme et à leur lien avec la paix et la sécurité ; il a aussi donné aux membres du Conseil de sécurité l’occasion de réfléchir sur la façon dont le Conseil aborde directement dans son travail les questions liées aux droits de l’homme.

« Si ce Conseil ne parvient pas à traiter sérieusement les questions d’abus et de violations des droits de l’homme, celles-ci peuvent dégénérer en véritables menaces pour la paix internationale et la sécurité. Le Conseil de sécurité ne peut plus se taire face aux violations généralisées des droits de l’homme. Pourquoi nous contenter de traiter uniquement les questions liées à la paix et à la sécurité, sans tenir compte des facteurs qui déclenchent ces menaces en premier lieu ? Nous devrions être prêts à nous engager, plus tôt et plus souvent, dans les déclarations que nous faisons et dans les mesures que nous imposons. Il est clair que le lien entre les droits de l’homme et la sécurité est un sujet digne d’être examiné sérieusement par ce Conseil. »

« Nous ne savons pas d’où viendra la prochaine révolte contre une violation fondamentale de l’humanité. Mais l’histoire nous a appris qu’elles viendront. Et lorsque ce sera le cas, le Conseil de sécurité sera appelé à réagir. Il est de notre intérêt d’être proactif, et de défendre les droits de l’homme avant que l’absence de droits de l’homme ne nous oblige à réagir. Il est grand temps pour ce Conseil de remplir la mission qui nous avait été confiée il y a 72 ans. Il est grand temps de nous consacrer à la promotion de la paix, de la sécurité et des droits de l’homme. »