Les États-Unis, premier donateur d’aide humanitaire au monde

Près de 700 000 Rohingyas musulmans ont fui la Birmanie, comme ceux-ci qui font la queue au camp de réfugiés de Kutupalong, au Bangladesh, en novembre 2017. (© A.M. Ahad/AP Images)

Christopher Connell

20 juin 2018

Quand une catastrophe naturelle ou d’origine humaine frappe et que des millions de personnes se retrouvent sans abri ou forcées de quitter leur foyer, les États-Unis font plus que tout autre pays pour leur venir en aide.

C’est comme ça depuis des décennies et c’est comme ça encore aujourd’hui. Alléger la souffrance humaine et aider les réfugiés du monde sont des piliers de la politique de sécurité nationale des États-Unis*.

En tout, les États-Unis ont fourni plus de 8 milliards de dollars en aide humanitaire pour la seule année budgétaire 2017. Ces fonds ont été distribués par le biais du Bureau du département d’État des États-Unis pour la population, les réfugiés et la migration (PRM), de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et d’autres agences du gouvernement.

Les États-Unis sont le donateur le plus généreux des opérations de premiers secours du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (1,5 milliard de dollars en 2017). Ils visent d’abord à apporter une aide le plus près de chez eux aux réfugiés et aux personnes déplacées par la force à l’intérieur de leur pays, jusqu’au moment où tous peuvent rentrer chez eux volontairement et dans la sécurité.

Parmi les autres organisations humanitaires qui ont bénéficié du financement du PRM* au cours de l’année budgétaire 2017, on compte : le Comité international de la Croix-Rouge (415 millions de dollars) ; l’UNICEF (217 millions) ; l’Organisation internationale pour les migrations (259 millions) ; ainsi que d’autres partenaires internationaux et non gouvernementaux, y compris l’International Rescue Committee, Mercy Corps et Catholic Relief Services.

Le 20 juin est la Journée mondiale des réfugiés. Les Nations unies indiquent que 68,8 millions de personnes ont dû quitter leur foyer. Près de 25,3 millions d’entre elles sont des réfugiés. Plus de la moitié des réfugiés dans le monde sont des enfants.