Les femmes tchadiennes sont prêtes pour les élections futures

Le Service Culturel et de Presse de l’ambassade des Etats-Unis de N’Djamena a organisé une Vidéo Conférence sur l’importance de la participation des femmes au processus électoral. La conférence a été animée depuis Washington par Caroline Hubbard Conseillère Genre, Femme et Démocratie à l’Institut Nationale Démocratique. Les participants sont des fonctionnaires civils, militants des droits de l’homme, femmes d’affaires, journalistes et des anciens de divers programmes d’échange administrés par l’ambassade des Etats-Unis. La conférence, la première de la série de 8, qui permet aux participantes de suivre Mme Hubbard, donne un aperçu sur la participation de la femme au processus electoral dans le monde en général et en Afrique en particulier. Selon la conférencière, des statistiques ont montré que des pays qui ont accordé une importance à la participation de la femme au processus electoral ont la chance de jouir du développement social, économique et culturel durable. Elle a cité le Rwanda comme l’un de ces pays. Après sa présentation, une session de questions-réponses est ouverte permettant à la conférencière et aux participantes de d’échanger sur les diverses barrières qui empêchent aux femmes tchadiennes de participer pleinement au processus electoral. Ces barrières comprennent, sans être exhaustif, les traditions culturelles et religieuses qui excluent les femmes du processus politique, la législation electoral qui ne permet pas aux candidates indépendantes de se présenter aux élections, le manque de culture démocratique  qui caractérise les dirigeants des partis politiques tchadiens généralement réticents à permettre aux femmes membres de leurs partis de se présenter aux élections, etc. « Changer cette situation n’est pas facile, mais c’est possible » a déclaré le Président à l’auditoire. Les futures sessions de la vidéoconférence discuteront des voies et moyens de faire des femmes de fortes candidates aux élections.