Extraits des remarques de l’envoyé spécial des États-Unis d’Amérique à la Semaine du climat

[…]

On me demande souvent ce que nous essayons d’obtenir à Paris et pourquoi ce sera important pour la lutte contre le changement climatique. Ma position est la suivante : Paris, si nous réussissons, marquera un tournant fondamental, à savoir:

un tournant vers un régime climatique réellement ambitieux, universel et durable, comme nous n’en avons jamais eu auparavant;

un tournant vers un multilatéralisme durable, au sein duquel les parties à la CCNUCC changeront de cap pour travailler ensemble de manière constructive plutôt que dans deux camps opposés, et

un tournant vers un engagement mondial sur le climat (de la société civile et du secteur privé au gouvernement à tous les niveaux). Nous ne serons pas encore au point d’inflexion à partir duquel les émissions commenceront à baisser, mais nous aurons franchi une étape décisive et nécessaire dans cette direction.

Je crois que les gens bien intentionnés qui disent que Paris ne fera aucune différence car les objectifs initiaux ne sont pas aussi ambitieux qu’on le voudrait, ou parce que la nature juridique de l’accord est mixte et non pure, perdent de vue l’ensemble.

Une tâche monumentale nous attend. Une tâche monumentale. Soit nous réussirons à accélérer une transformation fondamentale de la base énergétique de l’économie mondiale et nous éviterons les pires effets du changement climatique, soit nous échouerons, au profit ou au détriment de nos enfants et des leurs. Une grande partie de cet effort sera menée par des gouvernements nationaux, des acteurs régionaux, des entreprises innovantes, des scientifiques et ingénieurs créatifs et un public mondial éclairé qui exige que ses dirigeants y prêtent attention et passent à l’action.

Mais tout ceci est fondé sur l’idée que les dirigeants du monde entier se sont enfin rassemblés et ont souscrit à un régime mondial qui nous permettra d’aller de l’avant pour faire face ensemble au changement climatique. Les pays ne feront de leur mieux que s’ils voient leurs partenaires et leurs concurrents faire de même, s’ils se sentent engagés dans une course vers le sommet et si la pression salutaire des dirigeants qui sont en tête nous pousse tous vers l’avant.

Donc mettons-nous au travail. Ne ratons pas cette occasion. L’alignement des étoiles est aujourd’hui plus favorable que jamais à un accord universel historique.

Nous avons besoin d’un accord pour les décennies à venir dont l’ambition accélère de façon décisive la transition vers une décarbonisation profonde de la planète.

Nous devons mettre en place un régime de transparence fort et unifié en matière de rapports et d’examens afin que chacun puisse voir ce que font tous les autres.

Nous devons rehausser nos ambitions pour construire des sociétés résilientes et faire face aux conséquences du changement climatique.

Nous devons travailler ensemble, en partenariat, pour mobiliser le capital et les investissements dont nous avons besoin pour un développement à faibles émissions de carbone qui soit en mesure de s’adapter au changement climatique.

Et nous devons bâtir un système de différenciation innovatrice qui nous fera tous avancer dans la lutte contre le changement climatique, tout en garantissant à chaque pays la possibilité de choisir sa propre voie.

Donc travaillons ensemble. Ne perdons pas de vue notre objectif. Et réalisons-le.