Journée Mondiale contre la Traite des Etre Humains

Aujourd’hui, le 30 Juillet, est la Journée mondiale contre la traite des personnes. Les Membres de l’Organisation des Nations Unies ont créé cette journée pour « sensibiliser à la situation des victimes de la traite des êtres humains et pour la promotion et la protection de leurs droits. » De nos jours, avec plus de 20 millions de personnes  pris au piège de la traite des personnes, également appelé esclavage moderne, c’est un crime qui se produit presque partout et touche pratiquement tout le monde. Pourtant, beaucoup pensent encore que la traite des êtres humains est un problème qui ne concerne seulement que d’autres personnes dans d’autres pays. La vérité est qu’il vous concerne; il nous concerne tous. Il se peut que les victimes de la traite aient contribué à produire les articles que nous achetons, les vêtements que nous portons, et la nourriture que nous mangeons. Au Tchad, par exemple, de nombreux enfants bouviers sont victimes de la traite des êtres humains. Ainsi, la viande dont vous nourrissez votre famille est peut-être un produit de l’esclavage moderne.

Le président Obama a appelé l’esclavage moderne « un avilissement de notre humanité commune. » Le Rapport sur la Traite des Personnes 2015, publié par le Secrétaire Kerry le 27 Juillet, 2015, met en évidence l’état de la traite des personnes dans le monde et les actions que le gouvernement, les entreprises, et les consommateurs peuvent entreprendre pour lutter contre la traite des êtres humains. Chacun de nous peut faire une différence.

Les individus ont un rôle important à jouer dans la lutte contre la traite des êtres humains. Les individus peuvent faire pression sur leurs gouvernements pour adopter des politiques qui protègent les travailleurs et assurent la responsabilisation et la transparence. Les individus peuvent également dénoncer les normes culturelles, les pratiques et les traditions néfastes. Les normes culturelles néfastes conduisent à l’inégalité, la pauvreté et la discrimination. Ces normes peuvent être utilisées pour soutenir, cacher, ou tenter de justifier la traite des personnes et d’autres plans criminels, sapant les lois destinées à protéger les enfants et les adultes. Consentir à la corruption et au manque de transparence peut également faciliter la traite des êtres humains et la rendre difficile à détecter et à combattre.

Les gouvernements doivent continuer à lutter contre la traite des êtres humains sous toutes ses formes grâce à l’application ferme de la loi et la protection efficace des victimes, ainsi que des politiques visant à empêcher la traite, y compris dans leurs propres chaînes d’approvisionnement. Un gouvernement peut donner l’exemple. Il peut fixer des normes élevées et des attentes claires et adopter des politiques qui renforcent la protection contre l’esclavage moderne.

A l’occasion de la Journée mondiale contre la traite des personnes, l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique à N’Djamena félicite le gouvernement du Tchad pour ses efforts dans la lutte contre la traite des personnes. Nous encourageons le gouvernement du Tchad à élaborer et à mettre en œuvre un plan d’action national pour combattre la traite, finaliser et adopter une législation interdisant toutes formes de traite des personnes, infliger des peines suffisamment sévères, renforcer les poursuites et sanctions contre les crimes de trafic, et continuer à collaborer avec les ONG et organisations internationale pour accroître la prestation de services de protection à toutes les catégories de victimes de la traite, y compris les enfants exploités dans la prostitution ou contraints à l’élevage de bétail ou au service domestique. L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique à N’Djamena et moi-même, sommes engagés à soutenir les efforts du gouvernement et du peuple tchadien pour mettre fin à l’esclavage moderne.

Dr. James Knight

Ambassadeur des Etats-Unis aux Tchad